Contes de coeur de Papiguy

Contes de coeur de Papiguy

EPISODE 4 : PIERROT SE FAIT ENSEIGNER

la montagne Kanchendzonga

 

Rappelez-vous l’épisode précédent : Pierrot avait chuté dans le vide, descendant de la stratosphère.

 

Mort de froid, il était maintenant suspendu dans le vide, dans les montagnes de l'Himalaya sur un espèce de coussin qu'il avait cru être une bulle.  Mais était-elle grande ? Était-elle petite ? Était-elle suspendue au-dessus d'un précipice ? Il y avait des montagnes autour de lui. Elles étaient très hautes. Aucun bruit. Il faisait très froid.

Pierrot cria : "au secours", au secours!!

L’écho lui répond : au secours! Au secours! Au secours…

Pierrot : « Y'a quelqu'un ? »

L'écho: : « y'a quelqu'un, grand coquin, jeu de main, jeu de vilain…. Va te laver la bulle!!!

 

Hébété, il entendit le cri perçant d’Eagle loin au-dessus de lui qui semblait l'encourager à quelque chose. Il écouta son cœur qui lui traduisit : "Perces la bulle, elle éclatera, et ton périple se terminera."

Il réfléchit. S'il restait là comme cela, sur sa bulle, toute la nuit, il allait mourir de froid. Mais s’il perçait la bulle, il pouvait reprendre sa chute infernale et se casser le cou en bas ! Il fallait prendre une décision et la logique ne l’aidait guère. D’un côté son intuition lui disait, par son cœur, de faire confiance à ce que Dieu lui avait réservé, de l’autre la peur et la raison lui disait d’attendre le lendemain matin pour voir où il était. Mais s’il attendait trop, il mourrait de froid. Alors il se rappela de l’histoire de cet alpiniste  qui, pendu au bout de sa corde toute la nuit, n’avait pas osé couper la corde, comme son intuition lui disait. L’homme sans foi fût retrouvé mort de froid le lendemain matin à un mètre du sol ! Alors, il décida de suivre la voix de son cœur, et transperça la bulle avec ses ongles.

La bulle était à deux mètres du sol. Il s’en sortait avec quelques bosses. Sa foi venait de le sauver. Il se couvrit de quelques branches et s’endormit au creux d’un rocher pour se remettre de toutes ses émotions. Il sentait la montagne majestueuse autour de lui. Le matin arriva très vite. Heureusement, car son corps était très froid. Devant lui une montagne majestueuse.

Il l’avait déjà vu sur des photos. Il était au pied de la montagne Kanchendzonga, l’une des plus hautes du monde. Il faisait trop froid pour rester sans bouger. Après avoir bu de l’eau au lac Tsomgo, il se mit à descendre vers la vallée. Il marcha, marcha longtemps. Il vit dans le lit d’une rivière asséchée, un caillou qui brillait.

 

 


Il était en forme de cœur. Il y avait quelque chose d’écrit dessus : où se trouve ta prison ?

-      Bulles ? Boites ? Et si l’un comme l’autre étaient des prisons desquelles mon cœur devait sortir ? pensait-il

 

-      Tu as raison dit une petite voix derrière lui. Tu as été long !

 

 

 

 

C’était la marchande de bulleballon ! Elle l’attendait avec un petit sourire narquois et poursuivit :

-      Pourquoi t’es-tu échappé de la prison ? Ne crois-tu pas en la justice divine ? Ne crois-tu pas que Dieu est en chaque chose qui nous entoure ?

-      Je crois en la justice divine, mais souvent la justice des hommes ne correspond pas à la justice divine.

-      Sans doute. Mais le juste est toujours présent en chaque chose de ce monde. La seule vérité est que nous ne savons pas le lire. Pourquoi as-tu utilisé tes pouvoirs pour sortir de cette prison d’humain et ne pas faire confiance en la protection divine ? Pourquoi ?

-    Je ne sais pas. J’ai toujours fait ainsi. Quand on veut m’enfermer, je cherche à m’échapper. Je supporte mal l’injustice. J’ai besoin de me sentir libre.

-      Libre ? Libre de quoi ? tu es prisonnier de tes propres penchants à vouloir faire des bulles à tout prix pour te sortir de situation difficiles ! et tu entres dans des situations encore plus difficiles !

 

?

-      Sais-tu qui je suis ?

-      Non

-      Je suis la fille adoptive d’un grand maître taoïste et je vais te raconter son histoire :

Maître Chung  vivait dans une petite maison reculée près d’un petit village dans la province du Sichuan en Chine du sud, plus précisément du côté de la ville de  Zhongyan. Maître Chung était connu pour sa grande sagesse. Le commerce des hommes l’intéressait peu. Il préférait méditer longuement et contempler les mouvements de la nature. Il connaissait le secret des plantes. Et les villageois venaient lui demander conseil. Il était toujours prêt à rendre service et à conseiller celui qui lui demandait. Un jour une jeune fille du village vînt lui demander refuge. Il dit "Ô". (Ô veut dire oui en chinois.) Elle s’installa chez lui pendant plusieurs jours. Elle lui expliqua qu’elle craignait la colère de sa famille car elle était trop indépendante mais aussi, un peu enceinte.... Maître Chung fît : "Ô".

 

Au bout d’une semaine, Maître Chung vit arriver deux policiers et le père de la jeune fille :

 

 

-      Maître Chung, nous avons appris la présence de cette femme chez toi. Tu ne peux pas la garder. Ses parents sont furieux car ils ont appris qu’elle attendait un enfant alors qu’elle n’est ni mariée, ni fiancée. Est-elle ici ?

-      "Ô"

-      Les hommes de loi entrèrent chez le Maître et trouvèrent la jeune fille pleurant sur le sol.

-      Il est temps que tu sois punie maintenant rugit son père en colère.

-      Je n’ai rien fait ! je vous le jure ! C’est Maître Chung qui est le père de cet enfant.

-      Est-ce vrai ce que dit cette femme Maître Chung ?

-      "Ô"

-      Qu’on l’emmène en prison !

Et Maître Chung se retrouva devant le juge. Le juge lui demanda :

-      est-ce bien vous le père de l’enfant de cette jeune fille ?

Et Maître Chung dit : "Ô".

 Il se retrouva en prison.

Quelques semaines plus tard, la jeune fille, rongée par la honte et la culpabilité, avoua à ses parents que le vrai père était un jeune homme du village. On vint libérer Maître Chung de sa prison. Il dit : "Ô".

 

Acceptes et aimes

- J’ai compris ton histoire, fille adoptive de Chung, dit Pierrot. Je dois accepter et suivre le fil des évènements, même s’ils échappent à ma compréhension limitée. Je vais me rendre aux autorités de mon pays et laisser justice se faire.

 

- Qu’il en soit Maintenant, je peux répondre à la question que tu m’avais posée à notre première rencontre. Tu m’avais demandé comment faire pour ta propre bulle…     

 

Je vais te révéler un autre grand secret : Si tu fais en sorte d'aimer toutes les personnes que tu rencontres, alors elles seront proches de ton cœur.

Si elles sont proches de ton cœur, tu pourras facilement les mettre dans ta bulle. Ainsi ta bulle ne t'isolera plus des autres, car elles seront toutes dedans avec toi.

Alors, ton cœur peut grandir. Si tu embrasses toutes les créatures de l'univers, il y aura l'univers dans ton cœur. et ta bulle sera l'univers…

Si l'amour est dans ton cœur, il sera alors disponible pour chacun. Et la paix ne sera plus si loin. Veux-tu cela ?

 

- Oui, vraiment je le veux.

 

-alors, vas au fond de ton cœur. Cherches-y la pâle lumière du petit matin avant le lever du soleil et laisses la prendre toute la place dans ton cœur.

Médites et médites encore pour cela.

Laisses la lumière se lever en toi, remplir ton corps en entier. Laisses là irradier de toi, déborder jusqu’à former une bulle de lumière autour de toi.

Puis laisses cette bulle s’agrandir encore plus, embrasser ta maison, ton quartier, tes voisins, ta ville, ton pays, la terre entière, la lune, le système solaire, et tous les autres systèmes solaires de l’univers.

- Tu t’enflammes un peu là non ?

- Un peu ! mais si peu… Nos capacités sont infinies et nous laissons enfermer notre esprit dans des boites. On croît des tas de choses et cela nous limite.

Cette bulle du cœur est l'endroit le plus sûr que l'on a, à l'intérieur de soi. Un endroit sûr où l’on aime et l’on est aimé. 

Au cours de ta journée, quand tu rencontres des créatures, ou quand tu penses à quelqu'un, mets un fil de lumière entre son cœur et ton cœur. Ton cœur ouvert va transformer cette lumière en amour universel. Alors tu verras des tas d'autres fils de lumière d’amour venir vers ton cœur et le faire grandir encore plus. Essayes. Et tu verras."

 

- Merci marchande de bulleballons. Il faut que je rentre maintenant.

 

- À trois heures de marche d’ici, tu trouveras le village de Gangtok. Vas à l’hôtel des trois brindilles : ta fille Brenda t’y attend.

 

Brenda et Pierrot se retrouvent

Pierrot senti des ailes lui pousser aux pieds et le chemin fût parcouru rapidement. Brenda l’attendait, impatiente. Elle n’était plus pareille. Quelque chose avait changé.

-      Oh ma fille chérie ! comment as-tu fait pour être ici ?

-      C’est une longue histoire et je te la raconterais plus tard. Saches juste que j’ai compris que je devais crever ma bulle et secouer mon corps. Alors j’ai projeté ma bulle contre un angle saillant de la vie, un angle douloureux, qui fait mal. J’ai compris que j’étais forte et pure dedans et que je n’avais pas besoin de me cacher et de me défendre autant. Et j’ai foncé pour retrouver ta trace. Bon ! la marchande de bulleballons m’a beaucoup aidé et m’a fait comprendre plein de choses. Je sais maintenant que je peux toujours avoir une bulle mais pas la même. Elle a dû t’expliquer cela. Et quand ma bulle d’origine revient malgré moi, je peux en sortir. Il suffit que je m’entraîne à faire attention aux personnes autour de moi.

 

 

 

 

 

 

 

Ils repartirent dans leur maison.

 

 

Ils cherchèrent longtemps à retrouver la marchande.

 

 

Mais c’était comme si elle n’avait jamais existé.

 

Pierrot disait, qu’elle était descendue exprès pour eux. Un don du ciel.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Un jour, si vous rencontrez une petite dame qui vend des ballons accrochés à des fils de toutes les couleurs et qui rit très fort.

 

 

Approchez-vous et écoutez ses conseils

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Et puis pensez à faire des bulles de lumière avec votre cœur…

 

Papiguy

 

 

 

 

 

PS. Toute ressemblance avec des personnages connus est le fruit de votre propre imagination débridée.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



13/02/2017
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 134 autres membres